Mobile Navigation Mon compte

Presse & actualités

2011-01-21

PARSIFAL, pour toujours…

Trois nouvelles pièces de prestige viennent étoffer la collection emblématique de RAYMOND WEIL.

La Maison horlogère suisse RAYMOND WEIL a célébré en 2010 avec éclat le renouveau de sa collection parsifal, reconnaissable par une identité forte et par des éléments de design affirmés. Après 20 ans de succès, parsifal se réinvente cette année encore avec talent, à travers trois nouvelles variations, sublimes d’élégance et de sobriété.

Hommage à l’opéra de Richard Wagner, la collection parsifal célèbre à sa manière les valeurs nobles et chevaleresques du héros de l’opéra : la fidélité au design de ses premières pièces et la pureté de son esthétique. Depuis sa création, parsifal reflète à merveille l’attachement immuable de RAYMOND WEIL à la tradition comme source inépuisable d’inspiration. Entièrement revisitée à l’occasion de son 20ème anniversaire, en 2010, la collection se veut plus contemporaine tout en restant parfaitement fidèle à ses codes originels.

Les trois nouvelles compositions imaginées par RAYMOND WEIL magnifient les lignes emblématiques de la collection, lunette à godrons, style épuré et bracelets sophistiqués…

Le premier modèle homme bicolore, à mouvement mécanique et remontage automatique avec réserve de marche de 38 heures, se distingue par un guichet des jours en arc de cercle à 12 h, en plus du guichet date carré à 3 h. L’or rose de la lunette et des index crée un contraste délicat avec le cadran argent et les maillons du bracelet en acier poli.

Avec une version homme (39 mm) et une version femme (28 mm) identiques dans leur esthétique, les deux autres nouveaux modèles de la collection forment un duo raffiné que l’on pourra facilement adopter en couple, comme le symbole d’un indéfectible lien face au temps. Cette fois, le jeu de matières entre l’acier et l’or rose s’enrichit d’un cadran noir à la profondeur mystérieuse, splendide toile de fond pour les index en chiffres romains en or rose.

Certains verront dans ce tandem parsifal une allusion romantique à un autre opéra de Wagner, « Le Chevalier au Cygne ». La légende veut qu’une fois en couple, les cygnes se confondent dans une relation à l’épreuve du temps…

TÉLÉCHARGER


Download

LIEN DE L'ARTICLE